Vous trouverez sur cette page les documents relatifs à la procédure pour l’année 2018-2019.
A noter : certains documents n’ont pas encore été publiés et vous seront communiqués ultérieurement.

Calendrier Parcoursup 2019
Parcoursup : description détaillée
Qu’est-ce qu’un vœu multiple ?
Formuler des vœux multiples
Etapes de la procédure 2019
Formuler un vœu PACES Ile-de-France
Le projet de formation motivé
Rédiger un projet de motivation détaillé
Vœux en apprentissage
Assistance à Parcoursup pour les lycéens et les familles : document à venir
Les services de la vie étudiante
Les parcours de formation personnalisés
Secteurs géographiques : principes et applications
Eléments pris en compte pour l’examen des voeux
Les pourcentages minimum de boursiers de lycée dans Parcoursup

Phase d’admission

Parcoursup : phase d’admission : document à venir
Mode d’emploi phase d’admission
Livret « faire ses choix en toute confiance » : document à venir
Calendrier des délais de réponses : document à venir

 

 

Sectorisation :

Ci-dessous le texte officiel concernant la sectorisation Parcoursup 2019

« Nous vous informons que suite aux travaux et auditions réalisés par le sénateur Laurent LAFON, Mme Vidal, Ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation a annoncé que les candidats résidant en Ile-de-France (académies de Créteil, Paris et Versailles) appartiendront désormais au même secteur géographique, sans distinction entre les trois académies. La « région académique » est donc le secteur de référence en Ile-de-France pour la mise en œuvre des taux de mobilité fixés par les recteurs lorsqu’une licence non sélective ou une PACES est très demandée.

 Cette information est importante pour accompagner et informer les élèves sur Parcoursup : les élèves résidant à Paris seront en effet du même secteur géographique que les Versaillais et les Cristoliens pour leurs voeux de formations non sélectives dans les universités de ces académies ; les élèves résidant dans les académies de Créteil et Versailles seront quant à eux du même secteur géographique que les Parisiens pour leurs voeux de formations non sélectives dans les universités parisiennes. »

 

Mme Blavot/STA