Saint Thomas d’Aquin : : théologien et philosophe (1225-1274)

Les grands textes de Saint Thomas d’Aquin :

Consulter un florilège de textes rassemblés par M. Bouillon, professeur de philosophie

Biographie :Sta vitrail

Né en Italie du Sud, Thomas d’AQUIN étudie à l’Université de Naples à 18 ans et rentre chez les dominicains en 1244, ordre mendiant (fondé 29 ans plus tôt
par saint Dominique) dédié à l’étude et à la prédication. Envoyé par ses supérieurs à Paris dans les années 1245-1248, il y rencontre Albert le Grand, rencontre déterminante. Il comprend grâce à son maître (qu’il suit 3 ans à Cologne) que pour être théologien il faut d’abord être philosophe.

Revenu en France de 1252 à 1259, il va enseigner à Paris (en donnant des cours, en tenant des « disputatio » et en prêchant) puis en Italie (1259 – 1268), à Naples, à Orvieto, à Rome … avant de revenir à Paris (1268 – 1272) le tout à la demande de son Ordre.

Le 6 Décembre 1273 : en célébrant la messe, il a une « expérience mystique ». Interrogé il déclare : « Après ce qui m’a été révélé maintenant, tout ce que j’ai écrit jusqu’ici m’apparaît comme sans valeur (comme de la paille) ». Il cesse d’écrire.

Début 1274, il reçoit l’ordre de se rendre au 2nd Concile de Lyon. En route, malade et épuisé, il meurt à l’abbaye cistercienne de Fassanova le 7 Mars 1274.

Œuvres majeures :

Thomas d’AQUIN a commenté un certain nombre d’ouvrages d’Aristote : commentaires en logique, philosophie de la nature, philosophie morale et politique, métaphysique … Il a aussi commenté un certain nombre de livres de l’Ancien et du Nouveau Testaments.

Deux de ses ouvrages sont plus connus :

La Somme contre les Gentils (1259-1265), composée de 4 parties, expose et défend les vérités fondamentales de la foi accessibles à la raison naturelle : comme l’existence de Dieu, la création et la providence, l’immatérialité de l’âme, etc …

La Somme Théologique (1267-1273) divisée en 3 parties :

  • La 1ère Partie étudie Dieu et ses créatures.
  • La 2nde Partie se consacre au retour de l’homme vers Dieu, à sa fin dernière et à sa béatitude.
  • La 3ème Partie explique le chemin que doit suivre l’homme pour atteindre Dieu, à savoir le Christ.

La philosophie de Thomas est une philosophie réaliste s’appuyant sur Aristote tout en  recherchant la vérité.

La raison et la foi : La foi a besoin de l’intelligence qui l’éclaire et la renforce : complémentarité de la théologie et de la philosophie : « La philosophie est la servante de la théologie ».

L’homme est une unité : corps et âme. C’est par eux que l’homme pense et agit ; son âme est immortelle. De plus, l’homme est libre et est au principe de ses actes.

Morale et politique : La destinée naturelle de l’homme est le bonheur mais en société ; société dont la fin est le Bien Commun. Pour y parvenir, nous avons besoin d’autorité et de justice.

En tant que philosophe et théologien, Thomas nous donne « 5 voies » de l’existence de Dieu et nous rappelle que la destinée surnaturelle de l’homme est la Béatitude.

Très vite, on a admiré sa grande piété, son humilité, sa simplicité, sa pureté, sa pauvreté, son obéissance ; c’est pourquoi l’Eglise le canonise en 1323 (sa manière de vie est présentée comme exemplaire). En 1567, Pie V le proclame Docteur de l’Eglise (sa manière d’enseigner est recommandée régulièrement par les Papes comme par le Concile Vatican II).

Il est fêté le 28 Janvier par l’Eglise universelle.